Épi de faîtage

Un épi de faîtage, aussi nommé poinçon, est une pièce ornementale constituée d'une base et de plusieurs éléments enfilés sur une tige métallique positionnée aux extrémités d'un faîtage de toiture, soit à la pointe, soit aux extrémités de la ligne de faîte.


Catégories :

Élément d'architecture - Charpente - Ornementation - Céramique

Recherche sur Google Images :


Source image : bel-artisanat.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • L'épi de faitage est une décoration en terre cuite ou en plomb qui enveloppe l'extrémité des poinçons de croupe ou de pavillon, à leur sortie d'un comble.... (source : fr.topic-topos)
  • ... Au départ, la fonction de l'épi de faîtage est de protéger une pièce de charpente (poinçon decomble). On le trouve le plus fréquemment... (source : chateauduloir.over-blog)
  • ... Au départ, la fonction de l'épi de faîtage est de protéger une pièce de charpente (poinçon de comble). On le trouve le plus fréquemment... (source : maribigoud)
Épi de faîtage à Ségur-le-Château
Épi de faîtage en forme d'iris, rappelant les toits de chaume fixés par les rhizomes de cette plante

Un épi de faîtage, aussi nommé poinçon, est une pièce ornementale constituée d'une base et de plusieurs éléments (appelés manchons) enfilés sur une tige métallique positionnée aux extrémités d'un faîtage de toiture, soit à la pointe (dans le cas d'un pigeonnier par exemple[1]), soit aux extrémités de la ligne de faîte. Il forme par exemple la partie supérieure (l'amortissement) d'un gable et est le plus fréquemment un fleuron.

Sa fonction est à l'origine une obligation fonctionnelle : assurer l'étanchéité de la charpente respectant les traditions de la toiture en couvrant et protégeant la partie saillante (l'aiguille) du poinçon unique ou des poinçons alors extérieurs des toitures à quatre pans[2] ; elle a pris ensuite une dimension décorative (typiquement quand l'épi est positionné en avant-corps d'un pignon de ferme) [3].

Dans certaines régions françaises, les petits épis s'appellent étocs.

Il peut être en terre cuite, en céramique, en bois (typique de l'architecture balnéaire du XIXe siècle), en fer forgé, etc.

Histoire

Sa présence en Occident est attestée dès le XIe siècle (un simple pot en terre retourné est représenté sur des miniatures et la tapisserie de Bayeux). Aux XIIIe et XIVe siècles, on utilise des épis en premier lieu en terre cuite brute puis les siècles suivants en terre cuite vernissée, en plomb et en faïence émaillée qui apportent la polychromie[4]. Initialement ronds pour offrir moins de prise au vent, ils sont progressivement décorés de motifs floraux, d'animaux ou de masques (jouant le rôle d'armoiries du propriétaire de maisons même modestes, excepté les épis en plomb réservés aux nobles jusqu'au XVe siècle) et fréquemment surmontés de girouettes (privilège royal jusqu'à la Révolution). Cette technique fait appel à des artisans ornemanistes, potiers, dinandiers, couvreurs, etc.
La Renaissance leur donne des formes nouvelles, chapiteaux couronnés de vase par exemple ; de même le XVIIe siècle les traite selon son style en apaisant les thèmes antiquisants de l'époque précédente. Toujours aux XIXe et XXe siècles, on couronne les faîtages d'épis fréquemment faits de zinc quoique ce type d'ornement subisse une uniformisation (due à sa fabrication industrielle) et un déclin[5].

Les principales formes d'épis

La forme la plus simple est constituée d'une base, d'un globe ovoïde (boule) et d'un couronnement, scindés par des pièces intermédiaires.

Dans les régions méditerranéennes :

Dans les autres régions[6] :

Galerie

Notes et références

  1. Couverture et épi de faîtage sur le site Pigeonniers et colombiers de France
  2. Schéma d'un épi couvrant le poinçon
  3. Épi de faîtage sur la Base Mérimée du ministère de la Culture
  4. «L'épi de faîtage, un ornement de terre cuite méconnu : à propos de deux exemples en Dordogne», dans Aquitania, no 21, 2005, p.  285-298 
  5. Jean Pierre Néraudau, Dictionnaire d'histoire de l'art, PUF, Paris, 1985, 521 p. (ISBN 978-2130385844)  
  6. Christian Kulig, Épis de faîtage : Regard sur les épis de faîtage en terre cuite des Côtes-d'Armor, Anagrammes, Perros-Guirec, 2009 

Voir aussi

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : épi - faîtage - poinçon - forme - terre - cuite - siècles - base - toiture - pigeonnier - régions - histoire - simple - boule - tronconique - bulbe - emblème - pin - ségur - château -


Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89pi_de_fa%C3%AEtage.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu