Jingdezhen et la porcelaine

Jingdezhen a été, et reste probablement toujours, la capitale mondiale de la porcelaine. Sous l'impulsion de la dynastie Yuan,...



Catégories :

Histoire de l'art - Culture chinoise - Céramique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Plus de Fabricants & de Fournisseurs seront trouvés sur www. alibaba. com Vous pouvez entrer Jingdezhen La Porcelaine En Céramique liée au contenu pour la... (source : french.alibaba)
  • Jingdezhen porcelain and porcelain plate supplier : Our porcelain plate products are popular all over the world with high quality, competitive price, ... (source : chinasell)
  • A look at porcelain production techniques in Jingdezhen, China.... methods and Qing Dynasty kilns can be seen at the Jingdezhen Ceramic History Museum :... (source : iweb.tntech)
Décoration de la porcelaine, aujourd'hui, à Jingdezhen

Jingdezhen a été, et reste probablement toujours, la capitale mondiale de la porcelaine.
Sous l'impulsion de la dynastie Yuan, et en particulier de la dynastie Ming, Jingdezhen devint le centre principal de la céramique chinoise, mais aussi le siège de l'administration impériale de la porcelaine à partir de 1393.

Histoire

Xi Wang Mu, divinité taoïste figurant sur un plat de porcelaine de la «famille rose», d'époque Yongzheng (Dynastie des Qing)

Une large partie de la production de porcelaine était conçue pour la Cour impériale, comme tribut ou pour l'usage quotidien ; une autre était conçue pour l'exportation ; la Cour elle-même offrait ces porcelaines comme cadeaux diplomatiques. Enfin, une grande quantité de céramiques furent vendues à l'ensemble des classes sociales. Au XVe siècle, le nombre des articles de tribut fabriqués à Jingdezhen atteignait cent mille pièces par an.
En 1540, plus de dix mille personnes travaillaient à la production de la céramique, selon un processus particulièrement élaboré, puisque chaque pièce devait passer par 70 étapes.
Les différents fours étaient spécialisés dans différentes productions, selon les variations d'atmosphère et de température obligationes par chacune[3].

Organisation de la ville sous les Qing

Jingdezhen à l'époque du Père d'Entrecolles, sous la dynastie des Qing

Le Père d'Entrecolles, un jésuite que son apostolat avait amené à Jingdezhen, a décrit dans sa correspondance la ville au temps des Qing[5] :

«(... ) Deux rivières arrosent King-tö-tchen. Sur la plus grande des deux, un grand port de plus d'une lieue est aménagé. On voit parfois, dans ce vaste espace, deux ou trois rangs d'embarcations à la queue les unes des autres. (... ) Trois mille fours y brûlent à longueur d'année, donnant la nuit des impressions d'incendie gigantesque. (... ) On compte dix-huit mille familles de potiers. La totalité de la population représente à peu près un million d'âmes. Il s'y consomme chaque jour 10 000 charges de blé, 1 000 cochons, sans parler de la viande de cheval et de chien.»

La ville était organisée de façon rationnelle, avec des rues qui se coupaient à angle droit, délimitant des blocs de taille semblable. Les compétences de chacun étaient exploitées au mieux, les aveugles et les estropiés étant chargés de broyer les pigments des couleurs[6].

Un seul mandarin gouvernait la ville; selon sa longueur, chaque rue était supervisée par un chef ou par plusieurs, chaque chef ayant dix subalternes, chargés chacun de dix maisons. Les rues étaient fermées la nuit par des barricades gardées chacune par un homme. Les étrangers n'étaient pas autorisés à résider dans la ville, et devaient habiter sur leur bateau, ou loger chez des gens de leur connaissance, qui répondaient de leur bonne conduite[6].

Le transport des porcelaines, entre les ateliers et les fours où elles devaient être cuites, se faisait à dos d'homme. Le Père d'Entrecolles décrivait le spectacle dans ses lettres : «J'ai été surpris de voir qu'un homme tienne, en équilibre sur ses épaules, deux planches longues et étroites sur lesquelles sont rangées les porcelaines, et qu'il passe ainsi par des rues fort peuplées, sans briser sa marchandise.»

Les fours étaient constitués de chambres en forme de cloche, positionnées les unes à côté des autres sur un terrain ascendant, ce qui est une caractéristique principale des fours chinois, et communiquant entre elles. La cuisson commençait par le petit feu, qui durait vingt-quatre heures, puis continuait avec le grand feu, sous la supervision constante de deux hommes, qui contrôlaient régulièrement le bon déroulement de la cuisson.
Quand le feu pouvait enfin être arrêté, on laissait refroidir, pour ne défourner les pièces que trois à cinq jours après[6].

Les porcelaines, une fois achevées, étaient ensuite expédiées, la majorité du temps par le fleuve. Celles qui étaient conçues pour l'Europe étaient transportées vers Canton; leur voyage se terminait à dos d'hommme franchissant le col de Meiling, après un parcours total de neuf cents kilomètres.
Une autre possibilité d'acheminement vers Canton existait, moins escarpée, mais plus périlleuse, à cause des pirates qui sillonnaient les mers de Chine; elle consistait à faire tout le voyage par la mer, en partant de Nankin; c'est certainement la raison pour laquelle certaines pièces fabriquées à Jingdezhen étaient connues en Europe comme «porcelaine de Nankin», tandis qu'elles ont été expédiées en Europe par Canton, comme les porcelaines acheminées par l'intérieur des terres[6].

Ressources naturelles

Kaolin, «les os de la porcelaine», selon les Chinois

Outre sa position centrale dans la Chine du Sud, Jingdezhen bénéficie d'une ressource naturelle principale, le kaolin, indispensable à la fabrication de la porcelaine.

De la dynastie Yuan jusqu'au XVIIe siècle, Jingdezhen s'approvisionna en argile du mont Macang, voisin de la ville ; puis les artisans de la ville durent chercher une nouvelle source d'approvisionnement en argile, qu'ils trouvèrent à Gaoling (chinois : ??, «collines hautes»), carrière localisée près de Jingdezhen, et d'où vient le nom de kaolin. Gaoling resta en exploitation de la fin des Ming au règne de Qianlong.

Enfin, de 1507 à 1875 à peu près, les fours impériaux durent s'approvisionner en argile à d'autres sources, surtout dans le district de Xingzi, à 330 kilomètres à l'ouest de Jingdezhen[4].

L'Europe et la porcelaine de Jingdezhen

Compagnie des Indes orientales : Boutique de marchand de porcelaine à Canton

Notes et références

  1. Cécile et Michel Beurdeley, La Céramique chinoise, 1974, page 144
  2. He Li, La Céramique chinoise, Thames & Hudson, 2006, pages 138 à 144
  3. He Li, La Céramique chinoise, Thames & Hudson, 2006, pages 208 à 215
  4. He Li, La Céramique chinoise, Thames & Hudson, 2006, pages 263 à 270
  5. Note : Cité par C. et M. Beurdeley, pages 217 et 218
  6. Cécile et Michel Beurdeley, La Céramique chinoise - Le Guide du connaisseur, 1974, pages 218 à 220
  7. Cécile et Michel Beurdeley, La Céramique chinoise - Le Guide du connaisseur, 1974, pages 259 à 273
  8. Deux lettres écrites par le Père François - Xavier d'Entrecolles (Ceramics Today. com)
  9. Découverte du kaolin à Saint-Yrieix et fabrication des premières porcelaines en France

Voir aussi

Liens externes

Bibliographie




Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : porcelaine - jingdezhen - céramique - fours - dynastie - chinoise - ville - pièces - qing - production - chine - père - entrecolles - europe - kaolin - siècles - fabrication - canton - beurdeley - yuan - ming - blanc - argile - enfin - mille - dix - selon - rues - homme - lettres -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Jingdezhen_et_la_porcelaine.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu