La Borne

La Limite est un hameau français localisé sur le territoire des communes d'Henrichemont et de Morogues dans le département du Cher et la région Centre.


Catégories :

Céramique - Hameau ou lieu-dit du Cher - Route Jacques Cœur

Recherche sur Google Images :


Source image : marievague17.over-blog.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... le village de La Limite, localisé à la limite orientale de la Principauté de Bois-Belle, ... Actuellement, La Limite est un haut lieu de la poterie comptant près de 80 potiers... Le Centre de Création Céramique de La Limite (CCCLB) présente les ... Quatre fours à bois respectant les traditions mais aussi l'atelier- four de Vassil... (source : henrichemont)
  • La Galerie du Centre de Création Céramique de La Limite est un lieu... qui tire son nom de la limite qui marquait la limite entre la Principauté de Boisbelle... Ils ne restaient plus que 4 potiers respectant les traditions. Par conséquent, la Limite connu... (source : aurelia.nicolini.over-blog)
La Limite
Administration
Pays France
Région Centre
Département Cher
Arrondissement Bourges
Canton Henrichemont, Aix-d'Angillon
Intercommunalité Communauté de communes des Hautes Terres en Haut Berry
Commune Henrichemont, Morogues
Code postal 18250
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 07″ Nord
       2° 34′ 42″ Est
/ 47.285401, 2.5782681

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

La Limite est un hameau français localisé sur le territoire des communes d'Henrichemont et de Morogues dans le département du Cher et la région Centre.

Lieu de création céramique depuis le XIIe siècle, La Limite est renommé pour sa production de poterie de grès. À peu près quatre-vingt potiers et céramistes contemporains travaillent à La Limite ainsi qu'aux alentours.

Géographie

Le hameau est localisé le long de la route départementale 22 en lisière des bois de La Limite et d'Humbligny, à 4, 5 km au sud-est d'Henrichemont, 7 km au nord de Morogues et 32 km au nord-est de Bourges dans la région naturelle du Pays-Fort et l'ancienne province de Berry.

La Limite se partage entre les territoires des communes d'Henrichemont et de Morogues.

Le site forme l'une des étapes de l'itinéraire touristique Jacques Cœur.

Histoire

Ancien lieu de poterie, un titre de 1260 mentionne le plus ancien four connu, le hameau bénéficie de la création du village d'Henrichemont.

Les traces écrites attestent de l'activité potière à La Limite dès le XVIe siècle[1].

Le village bénéficie d'une situation privilégiée au milieu de la forêt et sur un important filon de grès, éléments indispensables pour la cuisson au bois et l'accès à la matière première. La production respectant les traditions se compose de pièces utilitaires en grès qui répondent aux besoins de la vie et des productions rurales. Vient s'y ajouter une création d'imagerie populaire recherchés par les collectionneurs.

Des noms devenus fameux tels que Talbot[2], Bedu, Bernon, Foucher illustrent l'activité des familles de potiers de La Limite.

À la fin du XIXe siècle, le hameau compte à peu près 700 habitants et 80 potiers[1].

La fin des années 1920 marque le début du déclin de l'activité de La Limite sous la concurrence des créations en aluminium et en verre[1].

Tandis qu'en 1914, 14 fours étaient en activité et il n'en restait que quatre en 1950.

Dans les années 1960, la production est réarmorcée par le biais de la production artistique[1].

Les céramistes de grès qui renouvellent la création dans la seconde partie du XXe siècle s'installent à La Limite dès les années 1940 suite à Paul Beyer : Jean et Jacqueline Lerat, André Rozay, Vassil Ivanoff, Pierre Mestre, Elisabeth Joulia, puis Yves et Monique Mohy, Jean Linard, Claudine Monchaussé.

Tandis que la poterie respectant les traditions périclite, La Limite attire des céramistes de plus en plus nombreux, parmi eux des potières étrangères telles que Anne Kjærsgaard (Danemark), Gwyn Hansen (Australie), Janet Stedman, Christine Pedley (Grande-Bretagne).

Au cours des années 1960, Pierre Digan et Janet Stedman créent une entreprise de poteries où travaillent des tourneurs qui s'établiront lors de sa fermeture, tel Éric Astoul.

Des élèves de l'atelier de céramique de l'école des Beaux-Arts de Bourges s'installent aussi à La Limite et dans les alentours : Rémi Bonhert, Hildegund Schlichenmaier, Dominique Legros, François Maréchal, Claude et Jean Guillaume. Potiers influencés par l'esthétique anglaise dans la suite de Bernard Leach ou sculpteurs céramistes sortis des Beaux-Arts, leur création est vivante et se transforme avec les influences étrangères, les voyages au Japon et l'introduction des fours à bois orientaux couchés à une ou plusieurs chambres.

Les passionnés de cuisson au bois se retrouvent à La Limite autour des grands fours, lors d'évènements comme les symposiums en 1977 et 1978 ou des cuissons collectives et festives de «La Limite en feu» en 1990, et «La Limite s'enflamme» en 2007.

Patrimoine

Le hameau de La Limite comporte deux lieux de visite liés à la céramique moderne : un musée consacré à Vassil Ivanoff[3], qui occupe son ancien atelier, et le centre de création céramique[4], lieu d'exposition permanente qui présente un panorama des créations des ateliers des cinquante cinq membres de l'association du même nom et accueille des expositions internationales de céramique contemporaine.

Le musée de la poterie est consacré à la poterie respectant les traditions de La Limite. Il présente une exposition permanente de pièces anciennes, utilitaires et imagières, et des expositions thématiques.

Le 18 novembre 1996, cinq fours à bois respectant les traditions ou d'intérêt historique ont été inscrits à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques : le four couché de Joseph puis Jean Talbot, le four couché de la famille Talbot-Senée, de Jean, Henri Talbot et Armand Bédu, dit aussi le grand four, le four couché de Lucien Talbot, le four cubique de type Sèvres de Vassil Ivanoff, le four à globe d'Eugène Bédu[5].

Notes et références

  1. Patrick Martinat, «Week-end poterie dans le Cher» sur www. lemonde. fr, Le Monde, 24 juin 1999. Consulté le 20 octobre 2010
  2. Catherine Bedel, «Ventes La dynastie des Talbot» sur www. lemonde. fr, Le Monde, 29 octobre 1994. Consulté le 20 octobre 2010
  3. Site du musée Ivanoff sur www. musee-ivanoff. fr. Consulté le 20 octobre 2010
  4. Centre de création céramique de La Limite sur www. ceramiclalimite. org. Consulté le 20 octobre 2010
  5. Ateliers et fours de potiers de La Limite, sur la base Mérimée, ministère de la Culture

Document d'information du centre de création céramique de La Limite, rédigé par Nicole Crestou et Jean-Pierre Gilbert.

Voir aussi

Bibliographie

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : limite - four - création - potiers - céramique - poterie - talbot - henrichemont - jean - centre - hameau - production - grès - bois - ivanoff - communes - morogues - céramistes - site - village - activité - respectant - traditions - pierre - atelier - couchés - exposition - consulté - 2010 -


Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Borne.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu