Musée Gallé-Juillet

Le musée Gallé-Juillet, est un musée d'arts décoratifs et de faïence du XIXe siècle localisé à Creil.


Catégories :

Musée de l'Oise - Creil - Label musée de France, Oise - Céramique - Monument historique de l'Oise

Recherche sur Google Images :


Source image : amisfaiencefine.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le musée Gallé - Juillet, une maison d'époque retraçant la vie d'une famille creilloise et l'histoire d'une faïencerie au 19e siècle.... (source : mairie-creil)
  • MUSEE GALLE - JUILLET CREIL :, Fondée sur les ruines du château fort de Creil, la maison Gallé-Juillet présente des collections des XVIIIème et XIXème siècles... (source : gralon)
  • ... L'enquête en direct au musée Gallé - Juillet, Info régionale, Actualités, Votre actualité quotidienne locale, régionale et nationale... (source : courrier-picard)
Musée Gallé-Juillet
Creil4.JPG
Le musée, façade sur l'Oise.
Informations géographiques
Coordonnées 49° 15′ 39″ Nord
       2° 28′ 20″ Est
/ 49.260884, 2.472337
  
Pays Drapeau : France France
Localité Creil
Informations générales
Date d'ouverture 1929
Collections Arts décoratifs, Faïence
Nombre d'œuvres 5000
Informations visiteurs
Visiteurs/an 5965 (2008) [1]
Adresse allée du Musée 60100 Creil
Site internet Site de la mairie de Creil
Géolocalisation sur la carte : France
France location map-Regions and departements.svg
Musée Gallé-Juillet

Le musée Gallé-Juillet, est un musée d'arts décoratifs et de faïence du XIXe siècle localisé à Creil (Oise).

Le musée existe depuis la donation faite en 1929 par Mme Berthe Gallé. Cette notable creilloise, veuve d'Auguste Gallé (décédé en 1928) et portant le deuil de son fils Maurice (mort le 25 septembre 1916 durant la bataille de la Somme), décida de céder sa demeure à la ville de Creil avec l'ensemble des biens qu'elle contenait.
Son but étant de faire perdurer le nom des Gallé et des Juillet, sa donation stipule que la maison doit être conservée en l'état, comme si les habitants y vivaient toujours.

Historique

Musée Gallé-Gillet : La cuisine.

Ce musée municipal fut en premier lieu une demeure bourgeoise, elle-même construite sur un château médiéval. Ce fut un castel local : Louis, comte de Blois, de Chartres et de Clermont, octroya une charte le 23 janvier 1197 à cette ville. Il devint château royal sous Charles V le Sage à partir de 1375. Ce château fut important dans le contexte de la Guerre de Cent Ans pour protéger la capitale, tirant parti de son site naturel, une île entourée par l'Oise. Avec la fin du Moyen Âge et le développement de l'art de la Renaissance, ce château intéressa moins les rois de France.

Laissé à l'abandon par le dernier propriétaire, Louis, duc de Bourbon, seigneur de Chantilly, la construction tomba en ruine. Ces vestiges furent vendus en 1788 et l'architecte utilisa lesdites ruines pour construire une vaste demeure. Sur quatre niveaux (rez-de-chaussée, premier, second étage et grenier), 19 pièces sont aménagées. Au rez-de-chaussée, quatre pièces utilisent les croisées d'ogives restant de l'époque médiévale.

Ce furent des notables qui logèrent en ce lieu : un directeur artistique de la manufacture de faïence de Creil, l'Anglais Jacques Bagnall[2], le maire et médecin Jules Juillet, des bourgeois rentiers, Ernest Gallé, artiste peintre et collectionneur en tous genres (coquillages, fossiles par milliers, papillons, herbiers, livres d'histoire naturelle... ). Cet homme était le cousin d'Emile Gallé, l'artiste, fondateur avec bien d'autres du mouvement de l'Art Nouveau à Nancy. D'ailleurs pour le mariage du jeune Auguste, fils d'Ernest , avec la demoiselle Berthe Franchemont, il réalisa une petite table avec des incrustations de bois avec des libellules et des fleurs exotiques. La dédicace est : "Emile de Nancy, 8 mai 1894" (date du mariage). Les quatre pieds comportent des fleurs en forme de poire. On trouve aussi une assiette à amande avec une dédicace concernant une certaine Philippine au sujet d'un jeu pour le premier qui trouve en ouvrant ses amandes : deux fruits têtes- bêche. deux petits écussons en faïence blanche (avec les grilles de la place Stanislas de Nancy) sont aussi conservés dans ce musée.

Il y eut ensuite, son fils Auguste et , enfin, son petit-fils Maurice Gallé. C'est ce dernier qui devait prendre la succession. Il bénéficia d'une éducation privilégiée : école primaire tenue par des religieuses, un précepteur à domicile avant d'entrer au lycée Saint-Joseph à Senlis. Il y décroche son baccalauréat en 1912. Puis, il fait deux années de droit à l'Institut catholique à Paris. C'est l'été 1914... La Première Guerre mondiale éclate : il devient soldat. Après une formation rapide, il est envoyé au front dans les 150e et 106e R. I. Il trouve la mort le 25 septembre 1916 à Bouchavesnes dans la Somme : porté en premier lieu disparu, il fut enterré par les Britanniques qui identifièrent son corps en mars 1917. Décédé sans enfants, ses parents décidèrent de faire don de leur propriété à la ville de Creil en 1928-1929 pour en faire un musée qui porte les noms des principaux occupants.

Collections

La particularité de ce musée est l'atmosphère bourgeoise du XIXe siècle, idéalement restituée par la présence de tout le mobilier, de la vaisselle, des jouets, des ouvrages, des tableaux... de l'ensemble des générations de propriétaires.

Le musée renferme une importante collection, à peu près 5000 pièces de faïence de Creil et de Creil-Montereau, exposée dans deux salles du 2e étage et régulièrement enrichie.

Les visites sont guidées (environ 1 heure, gratuit le premier dimanche du mois). Un ouvrage, des brochures et des cartes postales sont en vente pour aborder différents thèmes de la vie passée de ce musée. Une association existe pour aider à l'organisation d'expositions, de conférences dans le musée.

La faïencerie

Article détaillé : Faïence de Creil-Montereau.
Assiette en faïence fine à décor imprimé et peint sous glaçure, Faïence de Creil, 1827-1840, Musée Gallé-Juillet de Creil

La manufacture de faïence fut fondée une première fois le 7 prairial An V (le 26 mai 1797) par un cristallier parisien, Robert Bray O'Reilly. Elle ne dura qu'un peu plus d'une année. Ce n'est qu'avec Stone en 1801 que l'histoire de cet établissement est durablement lancée jusqu'en 1895.

Plusieurs directeurs et propriétaires marquèrent de leur empreinte cette manufacture :

La manufacture fut le premier employeur de la ville de Creil pendant des décennies. En 1866, le recensement de population cite 503 personnes domicilées à Creil et qui y travaillent, sur une population totale de 4 539 Creillois. Dans le détail, il y a 349 ouvriers, 129 ouvrières, 12 ingénieurs, employés et directeur, sans oublier 3 domestiques. Le premier employeur du bassin creillois était les Forges de Montataire comptant 1 700 employés.

Bibliographie

Notes et références

  1. Touriscopie 2008, les chiffres du tourisme dans l'Oise
  2. On y trouve du mobilier Empire ayant appartenu à Mme et M. Bagnall.

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : creil - musée - gallé - faïence - manufacture - fut - premier - directeur - arts - fils - ville - pièces - oise - france - 1929 - histoire - lieu - château - propriétaire - trouve -


Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_Gall%C3%A9-Juillet.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu