Nok

Les pièces d'art que le temps nous a conservées, à travers de fastueuses terres cuites, expriment l'avance technologique de potiers maitrisant l'art du feu et de la cuisson mais aussi la grande qualité des sculpteurs et artistes.


Catégories :

Histoire du Nigeria - Céramique

Recherche sur Google Images :


Source image : lankaart.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le terrain d'exploration intéressant les terres cuites des cultures Nok et Sokoto... L'art Nok est voué à jamais à rester secret, rare, exceptionnel…... (source : memoiredafrique)
  • Cavalier Nok et son cheval Terre cuite hauteur 53 cm Datation : 1400 à 2000 ans av.... C'était le début de l'âge de fer en Afrique et la culture Nok est la... (source : african-paris)
  • Achetez STATUE NOK NIGERIA TERRE CUITE AFRICAINE PETERANDCLO 3 dans la... sur le plateau de Jos en 1929 que la culture du peuple Nok est redécouverte.... (source : cgi.ebay)

9°30′0″N 8°0′0″E / 9.5, 8 La civilisation Nok apparaît au Nigeria 1000 ans avant J. C. et s'éteint mystérieusement à la fin du premier millénaire. On suppose que sa disparition est due à une épidémie ou une famine dévastatrice. Elle apparaît actuellement avoir été une civilisation particulièrement avancée tant sur le plan de son organisation sociale que de son raffinement à une époque où le reste de l'Afrique méridionale entre dans l'ère néolithique (l'âge de pierre quand chasseurs et cultivateurs ne pouvaient s'aider que d'outils lithiques). On a, à l'occasion, parlé d'une descendance immédiate avec l'Egypte ancienne ou la Nubie Antique, ce qui expliquerait en partie la maturité de cette civilisation, reconnue comme la plus ancienne productrice de terres cuites d'Afrique subsaharienne.

Aire supposée de la culture Nok
Statue-colonne féminine (détail) Hauteur 48 cm Datation : 900 à 1500 ans av. J. -C.

Les pièces d'art que le temps nous a conservées, à travers de fastueuses terres cuites, expriment l'avance technologique de potiers maitrisant l'art du feu et de la cuisson mais aussi la grande qualité des sculpteurs et artistes. Les sujets de leurs représentations sont essentiellement des dignitaires, des animaux, des reliquaires, conservés pour la majorité des pièces, sous forme de fragments épars. C'est pourquoi l'art Nok n'est essentiellement connu actuellement qu'à travers des têtes de personnages autant masculins que féminins dont les coiffures sont spécifiquement détaillées et raffinées. La raison de ces fragments de statues est que la découverte de ces terres cuites se fait le plus souvent en creusant la boue alluvionnaire, dans des terrains résultant de l'érosion des eaux. Les statues de terre cuite s'y sont trouvées enfouies, roulées, polies, cassées. Rares sont par conséquent les œuvres de grande taille conservées intactes, ce qui en explique la valeur actuelle sur le marché de l'art noir.

Une sculpture jaillie de la nuit des temps

Homme Nok

C'est à l'occasion de recherches de gisements miniers sur le plateau de Jos en 1929 que la culture du peuple Nok est redécouverte. Les premières pièces sont sorties de terre mais retombent dans l'oubli.

En 1932, un groupe de 11 statues en parfait état fut découvert près de la ville de Sokoto. Depuis cette date, des statues en provenance de la ville de Katsina ont été mises au jour.

Plus tard toujours, en 1943, à proximité du village de Nok, au centre du Nigeria, sont extraites par hasard une nouvelle série de figurines en argile, lors de l'exploitation d'une mine d'étain. L'histoire nous en est mieux connue et mérite d'être racontée : un ouvrier avait trouvé une tête qu'il avait emportée chez lui pour en faire un épouvantail, rôle qu'elle remplit idéalement pendant un an dans un champ d'ignames. Elle attira cependant l'attention du directeur de la mine qui l'acheta. Il l'emporta dans la ville de Jos et la montra à l'administrateur civil stagiaire, Bernard Fagg, archéologue de formation, qui comprit immédiatement son importance. Il demanda alors à l'ensemble des mineurs de l'avertir de leurs découvertes, ce qui permit de réunir plus de 150 pièces. Par la suite, Bernard et Angela Fagg dirigèrent des fouilles systématiques qui se sont révélées d'autant plus fructueuses que les trouvailles, dispersées sur une zone particulièrement vaste, ont beaucoup dépassé le site d'origine.

En 1977, le nombre d'objets en terre cuite découverts au cours de travaux d'extraction minière se chiffrait à 153 unités, provenant en majorité de dépôts secondaires (les statuettes avaient été charriées par les crues vers les vallées) localisés dans les lits des fleuves desséchés de la savane du centre et du nord du Nigeria, au sud-ouest du plateau de Jos.

Par la suite, de nouvelles découvertes ont eu lieu dans une zone encore plus étendue, couvrant aujourd'hui une superficie de 480 sur 320 km², englobant la moyenne vallée du Niger et la vallée inférieure de la Bénue.

Mémoire de l'Afrique

La première histoire de l'Afrique s'est écrite en terre cuite. C'est en terre que sont modelées les plus anciennes figures retrouvées. Leur grand âge, jusqu'à 3000 ans av. J. -C. pour les plus anciennes (datation par tests de thermoluminescence à l'appui) s'explique en premier lieu par le manque de matériau disponible. Les métaux ont éveillé la cupidité des fondeurs qui les ont transformés et refondus. Le bois a été la proie des termites. La terre cuite, vu sa valeur minimale, a rarement été réemployée.

Elle avait d'autre part l'avantage de pouvoir être façonnée à mains nues, sans outils. Pour la cuisson, on avait depuis des millénaires l'expérience de la poterie utilitaire. Certaines œuvres ont été séchées au soleil, d'autres, cuites dans les cendres d'un foyer ouvert, à 300° C à peu près, d'autres, enfin, à des températures plus élevées, donnant des parois plus durables. Les artisans qui ont travaillé aux alentours de Nok ont utilisé pour leurs figurines modelées la même matière que pour leurs poteries utilitaires : une argile à gros grains. Certaines statues peuvent atteindre 1, 20 mètre, ce qui suppose une excellente maîtrise des techniques de modelage comme de la cuisson en plein air. Comme énormément de statues sont creuses, le sculpteur a veillé à maintenir sur toute la pièce une égale épaisseur et a évidé les parties qui auraient pu exploser au feu.

Cette compétence technique, tout comme la maîtrise stylistique constatée dans ces œuvres, porte à croire que l'art Nok pourrait être l'aboutissement d'une tradition artistique déjà longue. Nulle part on ne détecte de tâtonnements ou de recherches. Les caractéristiques de ce style sont déjà précises. L'œil attire en premier lieu l'attention par son importance. Il forme tantôt un arc de cercle, tantôt un triangle au-dessus duquel le sourcil contrebalance la courbure de la paupière supérieure.

Cavalier Nok et son cheval Terre cuite hauteur 53 cm Datation : 1400 à 2000 ans av. J. -C.

Le commerce transsaharien

La région d'Afrique subsaharienne qui nous intéresse était à l'époque divisée en 2 grands milieux : la savane où de petites communautés de cultivateurs habitaient la zone fertile septentrionale propice à l'agriculture ainsi qu'à l'élevage; la forêt tropicale qui couvrait la majeure partie de la zone méridionale où vivaient le long des régions côtières des populations de chasseurs-cueilleurs.

Il y a 2 500 ans, des populations d'Afrique septentrionale, poussées par la sècheresse sont par conséquent descendues vers le sud avec femmes, enfants, bétail, armes et bagages jusqu'au Golfe de Guinée et le sud du continent. Elles introduisirent un nouveau mode de vie car ces tribus cultivaient des céréales, des légumineuses et élevaient des bovins, des moutons, des chèvres. Les hommes connaissaient la métallurgie du fer, chaque groupe ayant un style propre de céramique. C'était le début de l'âge de fer en Afrique et la culture Nok est la première communauté attestée à travailler le fer en Afrique de l'Ouest . Les marchands ont certainement commencé à traverser le Sahara dans le courant du 1er millénaire avant J. -C., avec des chariots tirés par des chevaux. Les populations d'Afrique occidentale échangeaient de l'or, des esclaves, de l'ivoire et des produits animaliers contre du sel, des tissus, de la céramique, du verre, des fruits et des chevaux. Impressionnés par cet animal, les artistes Nok ont d'ailleurs modelé d'étranges statuettes figurant des cavaliers, des dignitaires à cheval, pièces qui sont actuellement d'une grande rareté et d'une grande valeur sur le marché de l'art.

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : nok - afrique - terres - cuites - statue - pièces - art - ancienne - grande - avait - zone - civilisation - nigeria - premier - millénaire - actuellement - âge - partie - culture - datation -


Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Nok_(civilisation).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu