Période Yayoi

La période Yayoi ou ère Yayoi est l'une des quatorze subdivisions respectant les traditions de l'histoire du Japon. Elle débute vers 300 av.



Catégories :

Ère japonaise - Culture archéologique - Poterie japonaise - Céramique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La période Yayoi ou ère Yayoi (??, période Yayoi ou ère Yayoi) est l'une... (source : culturejapon)
  • Longtemps reconnu comme l'un des pays de l'Asie, le Japon est avant tout, .... Période Yayoi ; Période des grandes sépultures; Époque Asuka et Hakuhō... (source : universalis)
  • ... explication : Période correspondant à l'époque où Nara était la capitale du Japon entre 710 et 794 elle est caractérisée par la concentration... (source : docoja)
Histoire du Japon
Samouraïs du fief de Satsuma lors de la guerre Bōshin
Préhistoire
  • Période précéramique paléolithique du Japon
  • Période Jōmon
  • Période Yayoi
Histoire
  • Période Yamato
    • Période Kofun
    • Période Asuka
  • Époque de Nara
  • Époque de Heian
  • Époque de Kamakura
  • Restauration de Kenmu
  • Époque de Muromachi
    • Époque Nanboku-chō
    • Époque Sengoku
  • Époque Azuchi Momoyama
    • Époque du commerce Nanban
  • Époque d'Edo
    • Sakoku
    • Bakumatsu
  • Empire du Japon
    • Ère Meiji
    • Ère Taishō
    • Ère Shōwa
  • Histoire contemporaine du Japon
    • Occupation du Japon
    • Ère Heisei
Thématiques
Chronologie du Japon

La période Yayoi ou ère Yayoi (???) est l'une des quatorze subdivisions respectant les traditions de l'histoire du Japon. Elle débute vers 300 av. J. -C. et se termine vers 250 ap. J. -C.

Yayoi est le nom d'un quartier de Tōkyō où des fouilles archéologiques ont pu mettre au jour cette civilisation qui s'est développée de la région de Kyūshū à la région de Honshū.

Sources chinoises

Les écrits les plus anciens à propos du Japon sont des écrits chinois de cette période. Wa (??) — la prononciation japonaise d'un des premiers noms chinois donné au Japon — est pour la première fois mentionné en 57. Les anciens historiens chinois décrivirent Wa comme un pays parsemé de centaines de communautés tribales, et non la terre unifiée déclarée dans le Nihongi qui donne au Japon une date de fondation de -600. Les sources chinoises du IIIe siècle rapportent que les gens de Wa vivaient de légumes crus, de riz et de poissons servis sur des plateau de bois et de bambous, qu'ils avaient des relations de maîtres à vassaux, qu'ils collectaient des taxes, qu'ils avaient des greniers et des marchés provinciaux, qu'il frappaient dans leurs mains pendant les cultes (tradition qui existe toujours dans les temples shintoïstes), qu'ils se battaient dans de violentes luttes de successions, qu'ils construisaient des tombes sous la forme de tumulus et qu'ils pleuraient la mort de quelqu'un.

Le sinogramme utilisé dans les plus anciens textes chinois pour désigner le Japon, ? (wō), veut dire «nain». La prononciation japonaise de ce sinogramme, «wa», est gardée dans les textes japonais, mais quelquefois écrite avec un kanji différent : ?, signifiant «harmonie». Ce caractère est alors adopté et combiné avec le caractère ? signifiant «grand» pour écrire le nom Yamato (???) , utilisé avant l'adoption du moderne Nihon (???) .

Un autre texte chinois du IIIe siècle de l'ère chrétienne décrit la région du Yamatai où règne l'impératrice Himiko, épaulée par son jeune frère qui entretenait des relations diplomatiques avec le royaume chinois de Wei (de 220 à 265).

Origine

On pense que cette civilisation résulte de migrants arrivés dans le nord de Kyūshū et qui se sont mêlés à la civilisation de Jōmon (théorie des Kibaminzoku «peuples cavaliers», émise en 1950). Ils apportent principalement la riziculture. Refoulant progressivement les Aïnous, un peuple chamanique venu de Sibérie quelques millénaires plus tôt, vers l'extrême nord de l'île de Hokkaidō.

La théorie japonaise que les Japonais sont des descendants de cavaliers nomades venus d'Asie centrale en passant par la Corée mais non coréens est confirmée par l'étude de l'ADN des Japonais modernes, appuyant la légende rapportée de Chine, faisant de l'expédition des 500 garçons et filles vierges envoyés à la quête de la potion d'immortalité des îles de l'est par l'empereur Qin Shi Huangdi, le déclencheur de cette révolution technologique et sociale, les nouveaux arrivants étant bien trop heureux d'avoir réussi grâce à cette ruse, à s'échapper du régime sanguinaire du premier empereur de Chine. Important leurs connaissances, surtout agricoles et métallurgiques ils s'empressèrent vivement de transformer leurs navires en charpentes d'habitations lorsqu'il s ne les brulèrent pas une fois les rivages du Japon atteints pour effacer toute trace de leur passage.

Société

Reconstitution du site de Yoshinogari datant de la période Yayoi

La population augmenta et la société devint plus complexe. Les Japonais tissaient des draps, vivaient dans des villages de fermiers, construisaient des habitations en bois et en pierre, accumulaient des richesses en devenant propriétaires de leurs terres et en stockant leurs grains. Ils développèrent aussi différentes classes sociales. Ils irriguaient leurs champs. Leurs cultures de riz étaient alors identiques à celles du centre et du sud de la Chine, ce qui demandait énormément de main d'œuvre. Ceci conduisit au développement d'une société agraire sédentarisée. À la différence de la Chine, qui a eu besoin d'énormément de main-d'œuvre pour réaliser ses grands projets d'irrigation et de contrôle de l'eau conduisant à un gouvernement particulièrement centralisé, le Japon possède d'abondantes ressources en eau. C'est pourquoi, au Japon, les politiques locales et les développements sociaux ont été nettement plus importants que les activités de l'autorité centrale, ce qui créa une société stratifiée.

Outre la riziculture, les Japonais cultivaient aussi le blé, l'orge, le millet, le sarrasin et le soja.

Art

Durant l'ère de Yayoi, on note une importante production d'objets cérémoniels parmi lesquels, des magatama et autres pendentifs rituels en jade, des kagami ou miroirs-boucliers de bronze tel celui de Yata conservé au sanctuaire Ise-jingū, des épées longues et droites à double tranchants, telles l'épée Kusanagi (faucheuse d'herbe) du trésors impérial, indiquant la filiation avec celles de l'armée de Qin Shi Huangdi. Au premier siècle après Jésus-Christ, le fer se généralise pour les outils conçus pour l'agriculture et pour les armes.

Les poteries de cette période sont fabriquées avec des techniques plus compliquées que celles de la période précédente — elles sont surtout cuites à des températures plus élevées — mais leur décoration est cependant plus sobre.

Voir aussi

  • Noms du Japon
  • Chroniques des Trois Royaumes

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : japon - période - époque - yayoi - ère - histoire - chinois - japonais - nom - chine - société - yamato - vers - civilisation - région - anciens - japonaise - premiers - mains - textes -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9riode_Yayoi.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu